ALICIA a vu le jour l'automne dernier, sans avoir encouru le risque -il est de 50%- d'être atteinte de la NEM 1.

 

Ses parents ont choisi de demander un diagnostic préimplantatoire (DPI) auprès de l'un des quatre laboratoires français aptes à pratiquer cette technique afin d'avoir la certitude de ne pas transmettre l'anomalie génétique de la ménine à leur enfant. 

Une fécondation in vitro (FIV) a ensuite été pratiquée avec succès.

ALICIA grandit ainsi en toute sérénité.

 

L'afnem félicite les heureux parents et présente à ALICIA tous ses voeux de bonheur.